• Calme

    Prenez quelques instants pour vous calmer intérieurement

    Au début de ce temps de réflexion, fermez les yeux et prenez quelques instants pour vous calmer  intérieurement et pour vous recentrer. Vous êtes ici pour recevoir un nouvel éclairage sur votre vie. Demandez la grâce d’entrer en contact avec vos désirs les plus profonds.

    Seigneur Jésus, tu as dit que tu es la lumière du monde, notre chemin, notre vérité et notre vie. Aide-moi à découvrir comment marcher avec toi en ce temps de l’Avent, vers ta Lumière, sans cesse renouvelée.

  • Les Ecritures

    Matthieu 2:7-9

    Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;  puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »  Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant.

  • Réflexion

    Tout comme les mages ont voyagé en compagnonnage, nous faisons de même.
    • L'imagerie traditionnelle nous présente trois mages. En fait, Matthieu ne mentionne pas de nombre; l’évangile mentionne trois présents. Les artistes ont souvent illustré trois personnages; un vieil homme, un jeune et un troisième d'une race différente. Au fil du temps, les mages ont aussi reçu des noms : Melchior, Gaspard et Balthazar. Voici ce qui semble important, c'est une histoire où l’on voyage ensemble, peu importe le nombre.
    • Il peut également être utile de réfléchir aux nombreuses personnes qui ont croisé notre route dans la vie, et surtout celles qui nous ont accompagnés dans notre cheminement de foi. Le jésuite espagnol du XVIIe siècle, Baltasar Gracian, a écrit : « … la vie sans amis ressemble à la vie sur une île déserte », il ajoute : «  Trouver un véritable ami dans une vie est une chance, le garder est une bénédiction. » Bien sûr, beaucoup de nos rencontres ne se transforment pas en amitié, mais elles aussi influencent le sens de nos vies en tant que chrétiens. Quelle est ma réaction devant l'étranger, le mendiant, la personne difficile ? «Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” » dit Jésus.
    • C'est grâce à la qualité de nos relations que nous grandissons et nous changeons. C'est là que le coeur apprend la générosité, parfois il peut être blessé. C'est ici, espérons-le, que notre ‘voyage de mages’ vers Dieu trouve une subsistance humaine. Si nous éprouvons de la compréhension et de l'acceptation dans nos amitiés, nous sommes plus ouverts à croire en un Dieu d'amour. Tout comme les mages ont voyagé en compagnonnage, nous de même. Notre prière de préparation à Noël peut partir de cet aspect de notre vie, et se dérouler en trois moments – un exercice de mémoire, une guérison et un signe de gratitude. Dans chacune de ces dimensions vous pouvez relire votre histoire dans la prière, en cherchant à reconnaître comment Dieu est à l’œuvre dans les nombreuses situations à travers les années. 
  • Parler à Dieu

    Remerciez Dieu pour la bénédiction de ces amitiés et pour la façon dont elles vous ont ouvert davantage à lui
    • Mémoire -  Pensez à vos parents et à la famille,  à votre enfance ou aux amis d'école; aux relations privilégiées de confiance et d'amour, des relations qui durent; et à celles qui ont été perdues au fil du temps. Qui sont les personnes clés sans lesquelles votre vie serait totalement différente ? Prenez votre temps. Faites une pause avec les souvenirs qui semblent forts pour vous. Ces rencontres vous ont-elles aidé à devenir plus fidèle à la lumière que vous suivez (comme les mages dans leur voyage) ? Certaines vous ont-elles blessé ou même laissé aigri ? N'oubliez pas de revisiter le passé (et le présent) avec le Seigneur, n’en faites pas de l’auto-exploration.
    • Guérison -  Si vous éprouvez des souvenirs douloureux, ne les évitez pas. Trouver la guérison est important dans le cadre de ce pèlerinage vers Noël. « Pardonne-nous, comme nous pardonnons » : cette phrase du Notre Père est souvent soulignée dans l'Evangile. On nous dit de prier pour nos « ennemis », mais ce n'est pas facile. Nous ne pouvons pas toujours commander nos sentiments, mais nous pouvons essayer d'éviter de nous accrocher à l'amertume. Voici une image qui pourrait aider : pensez à une loupe, elle agrandit quelques mots, mais elle fausse le reste de la page. Si une relation a tourné au vinaigre, ou pire, il est facile de développer une loupe négative - dans le sens de se concentrer sur le ressentiment et d’oublier de lire toute la page de son histoire. Casser cette loupe est une grâce, elle laisse le cœur libre pour cheminer dans la foi. Ayez le courage de rester là et de chercher la liberté auprès du Seigneur.
    • Gratitude - Au fil de notre périple avec les autres, nous espérons que la plupart de nos souvenirs seront sources de vie, donc sources d'émerveillement et d'action de grâce. Nous avons besoin des autres pour nous affranchir en vue de l'amour, et ils font cela de différentes façons. Rappelez-vous des moments d'intimité profonde ou de joie ordinaire avec la famille, les amis. Souvenez-vous comment une rencontre fortuite s'est épanouie en amitié durable. Autant dans notre appartenance humaine que dans notre relation avec le Seigneur, nous traversons des seuils vers une nouvelle profondeur. Remerciez Dieu pour la bénédiction de ces amitiés et pour la façon dont elles vous ont ouvert davantage à lui.

    Dans cette optique, notre aventure de l’Avent devient un voyage de découverte vers l'Ami qui vient, cette année encore.

Accueil